L’impasse de la réinformation et de l’événementiel

Ceux qui nous liront seront probablement d’accord sur le fait que les médias du Système forment un cartel de propagande, dont le but est d’orienter l’opinion publique sur tel ou tel sujet. La réaction banale des opposants à ce Système est alors de s’informer auprès des médias de réinformation, qui se donnent pour but de présenter une actualité plus objective et de démentir la propagande officielle.

Cependant, si la réinformation est louable sous certains aspects, voilà pourquoi elle ne nous intéresse pas :

La réinformation est prisonnière de ce que veulent bien communiquer les médias de propagande du Système. Elle court derrière ceux-ci, pour commenter et démonter les mensonges quotidiens qu’ils déversent. Si les médias parlent de l’endettement, la réinformation sera contrainte d’en parler aussi et, si le lendemain, les médias parlent de la guerre en Syrie, la réinformation suivra encore. Jour après jour, la réinformation fait plonger ses lecteurs ou auditeurs dans un intérêt sans fin pour des problèmes passagers ou répétitifs : « Un migrant a tué une femme dans son immeuble », « La dette a encore augmentée », « Le premier ministre nous a menti », etc. En gros : « On vous a encore menti hier soir au journal télévisé ! »

Une fois que l’on a compris cela (et on le comprend assez vite) on devrait passer à autre chose plutôt que de se complaire dans le radotage. C’est-à-dire, plutôt que de s’exclamer jour après jour « On nous ment ! » ou « Il s’est encore passé cela : c’est horrible, on vous l’avait dit ! », il faudrait se demander : « Bon, d’accord, mais pourquoi on nous ment ? Qui et à quelles fins ? » Trouver des réponses sérieuses à ces questions n’a déjà plus rien à voir avec l’actualité.

Les ordres qui orientent les médias viennent de très haut, au-delà des gouvernements. Chaque jour, un état-major planétaire donne les grandes lignes de ce qu’il faut savoir et penser, et tout le monde court derrière. Les esprits les plus intelligents sont entrainés à suivre ce courant qui paralyse la réflexion profonde. Donc, que l’on soit à moitié abruti ou très lucide : on est victime de la propagande événementielle !

Ceux qui veulent réformer le Système restent en quelque sorte esclaves de celui-ci : ils doivent se prononcer en permanence sur ses problèmes et leur inventer des solutions. Ils forment le camp de l’opposition, qui est inhérent à chaque société.

Par contre, ceux qui n’attendent plus rien de la société en place, qui ne souhaitent pas sa réforme mais son effondrement, ne doivent pas se laisser prendre par cette diversion quotidienne qu’est l’actualité, laquelle prend une place dans notre esprit qui devrait être consacrée à des problèmes bien plus importants !

La question n’est pas de savoir si les informations de la semaine sont vraies ou fausses, mais de se demander pourquoi les médias de propagande ont orienté l’attention sur ces sujets durant la semaine écoulée ; alors qu’il se passe peut-être, au même moment, d’autres choses bien plus importantes dont les médias de réinformation ne parleront pas, puisqu’il n’en auront pas eu connaissance par les médias officiels !

Ceux qui n’attendent plus rien de la société en place ne se sentent plus concernés par l’événementiel, car ils savent que ce n’est pas à travers celui-ci que l’on peut comprendre les enjeux de notre époque ainsi que la nature du véritable pouvoir, caché derrière les apparences.

Si la compréhension du monde s’échelonne sur de nombreux étages, l’actualité nous maintient au rez-de-chaussée (et ne nous montre même pas la direction de l’ascenseur) !

Voilà notre position. Nous enjoignons tous ceux qui veulent connaître leur ennemi – c’est-à-dire le Système en place – à se couper de l’événementiel et à réfléchir plus profondément à la civilisation dans laquelle ils vivent.

 

Pour revoir notre émission sur les médias de propagande (avril 2016), c’est ici :

https://www.youtube.com/watch?v=HwJE-5njlPA

 

Vous voulez nous soutenir ? Des dons mensuels de toutes petites sommes peuvent nous aider grandement ! C’est ici :