Attention aux « méditations mondiales » !

Sans aller dans des détails astrologiques rébarbatifs, il faut retenir que le 21 décembre 2020 marque un nouveau cycle de 20 ans pour Jupiter et Saturne, qui ne rentreront à nouveau en conjonction qu’en 2040. Ajoutée à d’autres éléments, la conjonction de Jupiter et Saturne sur la voûte céleste ce 21 décembre était encore plus importante que celles du siècle dernier. Ses effets se feront sentir au cours des mois à venir : le changement de monde va s’accélérer. La grande mascarade du coronavirus n’a servi qu’à anticiper ce changement de monde et à poser les bases d’un nouveau paradigme. Nous n’assistons qu’aux prémices du totalitarisme technocratique qui se met en place.

Face à cette situation, on entend certains opposants à cette société répressive appeler à des méditations mondiales pour « inverser la tendance », et profiter des forces de renouvellement qui sont dans l’air pour établir un « monde de paix et de justice ».

Notre avis :

Ces méditations mondiales maintiennent des personnes de bonne volonté dans une passivité et une espérance naïve qui sert le Système. Tant que l’on attend une solution tombée du ciel, on n’entre pas dans une réelle démarche alternative. Nous savons que certaines initiatives de ce genre sont lancées par l’adversaire lui-même, afin d’entretenir la paralysie de ses opposants.
Outre cet aspect, des méditations de cette nature nourrissent inévitablement des entités invisibles, favorables à l’unité mondiale. « Paix dans le monde », « Justice dans le monde », « monde meilleur »,… Toutes ces rengaines sont celles du mondialisme et contribuent à normaliser celui-ci. Mais il n’y aura jamais de « monde meilleur » : le mal est inhérent à notre univers et à la condition humaine depuis le fond des temps, et vouloir régler ce problème de façon globaliste aboutit aux pires désastres. Le mondialisme, même s’il peut se transformer et jouer la carte des bons sentiments pour leurrer les gens, amène forcément vers une civilisation déshumanisée, mécanique et dictatoriale. La nature humaine est déjà suffisamment mauvaise à l’échelle individuelle : livrer à des hommes un pouvoir sur le monde entier ne pourra jamais aboutir à quelque chose de bon !

Pour le moment, le Système utilise la peur et la menace, il serre la vis de tous les côtés (dictature sanitaire, répression liberticide, crise financière, limitation toujours plus grande de la liberté d’éducation, passeport vaccinal à venir, etc.). Cette première phase est dirigée par le pouvoir politique et économique.
Ensuite, on présentera une amélioration de la situation, un rééquilibrage de la société pour installer des rapports plus sains entre les humains, pour dépolluer la nature, pour redonner une conscience éthique mondiale. Cette phase devrait être dirigée par les autorités religieuses et « philanthropiques ». C’est à ce moment que tous ceux qui prient « pour un monde meilleur » seront récupérés par le Système et, pleins de cette espérance qu’ils nourrissent actuellement, ils se joindront à la civilisation en place avec le rêve de l’améliorer.
Le Système sait comment faire pour contrôler son opposition et pour la maintenir dans une zone inoffensive… voire utile !
Nous avons fait tomber le masque de la soi-disant « Loge Blanche » et des « fraternités » ou « alliances » qui en découlent (voir le livre Undercover de Joël LaBruyère). Les messages du « Cobra » ou de contactés médiumniques sont à mettre dans le même sac. Ces courants appartiennent à la grande mouvance du Nouvel-Âge, qui est une des stratégies de l’Ordre Mondial (stratégie dont on sait que les Jésuites sont un des fers de lance, comme nous l’expliquons dans notre émission sur la Compagnie de Jésus : https://www.youtube.com/watch?v=YZUY7fFudDk).

Sortir de ce jeu de dupes, c’est envisager des alternatives non pas à l’échelle mondiale, mais à l’échelle locale et fraternelle : c’est commencer par rassembler des hommes et des femmes aspirant à une autre société qu’à celle du mondialisme.

Prier n’a rien de nocif en soi ; loin de nous l’idée de condamner un élan spirituel ! Mais la prière est une démarche personnelle et intime, ou bien un acte collectif qui unit un groupe fraternel partageant une foi commune. La « prière mondiale » est une farce rassemblant des personnes qui ne savent rien les unes sur les autres, qui ne partagent rien en commun mais qui alimentent une conscience globale que nous voyons, quant à nous, comme le piège de notre époque.

 

Vous voulez nous soutenir ? Des dons mensuels de toutes petites sommes peuvent nous aider grandement ! C’est ici :