Les nuits de Walpurgis et la Reine de Mai

Le Premier Mai… c’est la fête du travail… on sait ! Tout bon historien sait également que la famille Rothschild (littéralement « l’enseigne rouge ») en a fait sa grande fête, lorsque le drapeau rouge des ringards de la CGT flotte dans les rues de Paris, au même instant où le Front National donne sa messe annuelle devant la statue de Jeanne d’Arc. Bref… le 1er Mai, c’est tout un symbole social plein de subtilités…

Mais avant cela, le 1er Mai c’est la fête celtique de Beltan ou Beltaine, située à équidistance de l’équinoxe de printemps et du solstice d’été. C’est une période de passage qui marque l’apogée du printemps. Bel ou Baal est la divinité Solaire. Beltan est la fête du feu solaire, qui annonce le mois de mai dédié à la déesse du renouveau que l’on connaît comme Freya dans le Nord et plus généralement Marie dans les pays chrétiens. La Reine de Mai habille ainsi de feuilles et de fleurs colorées le monde printanier, lorsque les dernières forces de l’hiver abdiquent dans le combat entre lumière et ténèbres.

La nuit du 30 avril au 1er Mai est également connue sous le nom de nuit de Walpurgis. L’écrivain Gustave Meyrink l’a d’ailleurs immortalisée dans son célèbre ouvrage La nuit de Walpurgis. Le terme Walpurgis est un mot magique et profond : « Wall » nous renvoie à la mythologie germanique où ce mot désigne l’ensemble des combattants morts au combat. Les Walkyries viennent chercher ces combattants. « Wall » est aussi « le rempart » entre le monde des ténèbres et celui de la lumière. « Wallen » signifie enfin en allemand « aller à pied en pèlerinage ». On indique par là un temps de recul et de transformation. L’autre racine « Purgis » viendrait de Burg ou Berg signifiant la montagne, comme le symbole du mont sacré, la citadelle imprenable de la conscience que protège le Wall, le rempart. « Purgis » nous renvoie également à « Pyros », le feu, résonnant avec le feu de Beltaine évoqué plus haut.

On oublie souvent de dire que ce n’est pas que « la » nuit mais « les » nuits de Walpurgis. Comme nous l’avons dit cette période est une mutation, un renouveau symbolisé par le chiffre 9 qui désigne l’accomplissement d’un cycle complet. L’explosion de force du printemps est la manifestation vibrante de ce renouvellement. Les nuits de Walpurgis s’étendent donc sur les neuf nuits précédant et les neuf suivant le premier mai. Durant ce temps, la frontière entre le monde ordinaire et celui des forces occultes des démons et des génies est comme ouverte. Le champ de bataille est partout pour la conquête de l’espace entre les forces lumineuses de l’été montant et les puissances ténébreuses de l’hiver sortant.

Nous vous souhaitons donc d’être vigilant car Walpurgis est une période de trouble et de remise en cause (ce qui n’est jamais mauvais). Comme toutes les fêtes annuelles, Walpurgis est marquée à un moment précis, mais peut se vivre dans l’âme à tout moment dans cette « grande année » qu’est notre vie. Dans le monde magique de l’Esprit, une fête solaire est toujours une occasion de combattre les ombres du passé, de changer et de se renouveler totalement.

SOL INVICTUS !

P.S. : Pour approfondir le sujet des fêtes traditionnelles, nous vous conseillons l’excellent ouvrage de Gérard Leroy Nos racines – Fêtes et traditions d’Europe au fil des saisons aux éditions Versipellis.

Et pour fêter « La Reine de Mai », nous vous invitons à découvrir ou redécouvrir le titre Femme Celtique du 7ème l’album des Brigandes : Aidez la France !

 

Vous voulez nous soutenir ? Des dons mensuels de toutes petites sommes peuvent nous aider grandement ! C’est ici :