Une phrase sur le CORONAVIRUS

Si on devait résumer notre avis en une phrase :

Il y aura désormais deux types d’êtres humains : celui qui « croit dans le coronavirus » et qui s’est soumis à la pensée tyrannique des maîtres du monde, et celui qui sait qu’il n’y avait rien à signaler de particulier hormis une « grippe » spéciale qu’on n’aurait jamais remarquée si les médias n’en avaient pas parlé.

Pour le reste, se référer à notre article Quel avenir pour le monde ? écrit au mois d’avril : https://communaute-rose-epee.fr/2020/04/25/quel-avenir-pour-le-monde/

La lutte contre les sectes : une arnaque politique

La lutte contre les sectes : une arnaque politique

« Le mensonge est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures. »

Denis ROBERT

 

 

Le récent remaniement de la Miviludes qui perd des effectifs et des moyens – ce qui ne peut que nous réjouir et survient peu de temps après le courrier que nous avions envoyé – a déclenché une vague d’indignation dans le monde médiatique et bien-pensant (pléonasme) : « C’est affreux, les sectes vont gagner en liberté et en pouvoir ! »

Les médias servent ainsi de « pense-bête » au pouvoir politique : « N’oubliez pas de rester vigilants, surtout qu’en ce moment, avec la « crise » que nous traversons, les groupes dissidents pourraient proliférer et menacer votre plein pouvoir ».

Cet événement nous a donné envie de rappeler quelques informations élémentaires sur ce que le Système appelle les « sectes », c’est-à-dire n’importe quelle minorité spirituelle ou thérapeutique. Le fondateur de notre groupe, Joël Labruyère, connaît bien le sujet puisqu’il a défendu ces minorités dans les années 90 et a écrit sur le sujet un livre intitulé L’État Inquisiteur (paru en 1999). Cet ouvrage est on ne peut plus complet et pertinent à propos de l’inquisition déclenchée contre le « spirituellement incorrect ». Loin d’être un document d’archive, il est plus actuel que jamais car les mécanismes crypto-totalitaires qu’il décrit fonctionnent toujours !

En voici quelques extraits, qui peuvent suffire à se faire une idée déjà synthétique de la question :

« La diabolisation des sectes consiste à projeter le scénario de la manipulation mentale indistinctement sur des groupes extrêmement divers. Des idées, des techniques, des programmes, des comportements radicalement différents les uns des autres vont être amalgamés. Que ce soit un groupe chrétien ou ufologique, un mouvement oriental ou une technique de développement personnel à l’américaine, on utilise toujours la même panoplie de notions simplistes. (…) Les principaux personnages et situations du scénario sectaire sont les suivants : le GOUROU pervers et psychopathe, l’ADEPTE manipulé et le GROUPE totalitaire ; le sexe comme outil de perversion, l’argent comme but suprême, le pouvoir pour imposer ses buts, la manipulation pour séduire, l’enfermement pour contraindre, l’endoctrinement pour dépersonnaliser et enfin le suicide collectif comme conséquence. D’après la propagande antisecte, aucun mouvement spirituel n’échapperait à ces dérives. (…)

Lire la suite

L’impasse de la réinformation et de l’événementiel

L’impasse de la réinformation et de l’événementiel

Ceux qui nous liront seront probablement d’accord sur le fait que les médias du Système forment un cartel de propagande, dont le but est d’orienter l’opinion publique sur tel ou tel sujet. La réaction banale des opposants à ce Système est alors de s’informer auprès des médias de réinformation, qui se donnent pour but de présenter une actualité plus objective et de démentir la propagande officielle.

Cependant, si la réinformation est louable sous certains aspects, voilà pourquoi elle ne nous intéresse pas :

La réinformation est prisonnière de ce que veulent bien communiquer les médias de propagande du Système. Elle court derrière ceux-ci, pour commenter et démonter les mensonges quotidiens qu’ils déversent. Si les médias parlent de l’endettement, la réinformation sera contrainte d’en parler aussi et, si le lendemain, les médias parlent de la guerre en Syrie, la réinformation suivra encore. Jour après jour, la réinformation fait plonger ses lecteurs ou auditeurs dans un intérêt sans fin pour des problèmes passagers ou répétitifs : « Un migrant a tué une femme dans son immeuble », « La dette a encore augmentée », « Le premier ministre nous a menti », etc. En gros : « On vous a encore menti hier soir au journal télévisé ! »

Une fois que l’on a compris cela (et on le comprend assez vite) on devrait passer à autre chose plutôt que de se complaire dans le radotage. C’est-à-dire, plutôt que de s’exclamer jour après jour « On nous ment ! » ou « Il s’est encore passé cela : c’est horrible, on vous l’avait dit ! », il faudrait se demander : « Bon, d’accord, mais pourquoi on nous ment ? Qui et à quelles fins ? » Trouver des réponses sérieuses à ces questions n’a déjà plus rien à voir avec l’actualité.

Les ordres qui orientent les médias viennent de très haut, au-delà des gouvernements. Chaque jour, un état-major planétaire donne les grandes lignes de ce qu’il faut savoir et penser, et tout le monde court derrière. Les esprits les plus intelligents sont entrainés à suivre ce courant qui paralyse la réflexion profonde. Donc, que l’on soit à moitié abruti ou très lucide : on est victime de la propagande événementielle !

Ceux qui veulent réformer le Système restent en quelque sorte esclaves de celui-ci : ils doivent se prononcer en permanence sur ses problèmes et leur inventer des solutions. Ils forment le camp de l’opposition, qui est inhérent à chaque société.

Par contre, ceux qui n’attendent plus rien de la société en place, qui ne souhaitent pas sa réforme mais son effondrement, ne doivent pas se laisser prendre par cette diversion quotidienne qu’est l’actualité, laquelle prend une place dans notre esprit qui devrait être consacrée à des problèmes bien plus importants !

La question n’est pas de savoir si les informations de la semaine sont vraies ou fausses, mais de se demander pourquoi les médias de propagande ont orienté l’attention sur ces sujets durant la semaine écoulée ; alors qu’il se passe peut-être, au même moment, d’autres choses bien plus importantes dont les médias de réinformation ne parleront pas, puisqu’il n’en auront pas eu connaissance par les médias officiels !

Ceux qui n’attendent plus rien de la société en place ne se sentent plus concernés par l’événementiel, car ils savent que ce n’est pas à travers celui-ci que l’on peut comprendre les enjeux de notre époque ainsi que la nature du véritable pouvoir, caché derrière les apparences.

Si la compréhension du monde s’échelonne sur de nombreux étages, l’actualité nous maintient au rez-de-chaussée (et ne nous montre même pas la direction de l’ascenseur) !

Voilà notre position. Nous enjoignons tous ceux qui veulent connaître leur ennemi – c’est-à-dire le Système en place – à se couper de l’événementiel et à réfléchir plus profondément à la civilisation dans laquelle ils vivent.

 

Pour revoir notre émission sur les médias de propagande (avril 2016), c’est ici :

https://www.youtube.com/watch?v=HwJE-5njlPA

Pourquoi abolir les prisons ?

Notre émission « Abolition des prisons : pourquoi ? (Joël Labruyère parle de… 2) » suscite des interrogations chez certains. Nous publions donc ici une réponse que nous avons faite à un particulier et qui complètera notre émission :

Cher ami,

Tout d’abord, merci pour l’intérêt que vous nous portez et le soutien que vous manifestez.

Concernant le sujet des prisons, nous pouvons répondre assez brièvement afin de compléter notre émission : 

– De manière plus personnelle : lorsque l’on est injustement accusé d’assassinat (c’est notre cas, et plus précisément celui de Joël Labruyère), on se met à réfléchir au problème des prisons sous un autre angle.

– De manière plus générale : Comment peut-on faire confiance à la justice lorsque les plus grands criminels sont ceux qui sont au pouvoir ? Lorsque celui qui envoie en prison est peut-être un criminel plus important que celui qu’il condamne ? (Voir nos deux émissions intitulées « Le satanisme », chaîne Radio Brigandes sur Youtube).

– Et encore plus généralement : le problème des prisons est insoluble dans la civilisation dans laquelle nous vivons, c’est pourquoi ni nous ni personne ne peut y apporter de solutions. Comme nous le disons dans notre émission, la généralisation des prisons n’est qu’un symptôme du monde industriel. En soulevant ce problème, on soulève le problème de la civilisation moderne dans son ensemble – qui peut être soulevé par d’autres biais également. La conclusion est donc : nous vivons dans une civilisation aberrante, au regard de sociétés à échelle plus humaine comme celles de l’Antiquité – qui, justement, ne connaissaient pas la prison mais le travail (esclavage) pour réparer ses fautes ! 

(Entre parenthèses : oui, nous vivons dans cette civilisation comme tout le monde puisque sa généralisation nous empêche de faire autrement, à moins de se marginaliser complètement, ce qui n’est pas notre vocation).

– Pour les grands criminels, les terroristes, les pédophiles et les racailles patentées : peine de mort. A moins que cela ne vous plaise que vos impôts servent, en partie, à faire vivre ces personnes en prison jusqu’à la fin de leurs jours ? 

C’est le Système dans son entièreté que nous condamnons : il est irréformable, alors que tout s’écroule au plus vite !

Pour revoir notre émission :

VIVRE LIBRE, MOURIR LIBRE


« Nous nous battons pour la liberté.
Pour moi, la pire des choses serait de vivre en esclave.
On peut tout avoir : à manger, à boire, de quoi se vêtir, un toit où se loger.
Si on n’a pas la liberté, si on n’a pas la fierté, si on n’est pas indépendant,
cela n’a ni goût, ni valeur. »

Ahmad Shah Massoud
(1953 – 2001)

Aujourd’hui et à l’avenir, notre combat va de plus en plus s’axer sur une valeur fondamentale : la liberté. On distingue deux camps dans l’Humanité : ceux qui défendent la liberté, et ceux qui veulent la réduire – bien souvent au nom de prétextes apparemment légitimes.
Voilà pourquoi nous proclamons notre attachement à la Liberté, sans laquelle l’homme n’a aucune dignité et aucune possibilité de grandir en esprit.

Nous nous positionnons :
Pour :
– La liberté de conscience
– La liberté d’opinion
– La liberté d’expression
– La liberté de mouvement
– La liberté de réunion
Contre :
– La censure et la surveillance
– Les lois sécuritaires liberticides
– Les restrictions à la liberté individuelle
– Le nouvel être social standardisé

Nous reconnaissons comme des droits inaliénables les articles 18, 19 et 20 de la DECLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L’HOMME, actuellement bafoués en France ainsi que dans le reste du monde :

Lire la suite

Quel avenir pour le monde ?

Quel avenir pour le monde ?


Voici notre contribution à une enquête sur « le mondialisme après la crise » menée par Synthèse Nationale. C’est l’occasion pour nous de donner un avis synthétique sur les événements en cours et à venir.
Nous encourageons ceux qui adhèrent à ces vues et qui voudraient se manifester à nous ou communiquer sur ce sujet, de délaisser la voie numérique et de s’habituer à passer par la voie postale. Notre adresse :
BARKA PRODUCTION
LE GAZEL
34330 LA SALVETAT SUR AGOUT

Nous traversons une situation historique, un changement d’époque. La « crise coronavirus » qu’on nous impose en est le signe.

Tout d’abord, voici quelques éléments pour ceux qui seraient sceptiques quant à ce que nous allons exposer :

Nous connaissons la plus grande restriction des libertés fondamentales qu’il y ait jamais eu dans notre histoire connue, en temps de paix et à l’échelle mondiale. Cette restriction repose sur une prétendue pandémie, qui est pour le moment bien moins meurtrière que certaines grippes (celles de 1969, 1957,…) n’ayant jamais justifié de telles mesures. On remarque que :
– Certains hôpitaux sont quasiment vides (reportage-vidéo allemand à l’appui).
– Les chiffres des décès du cancer, de maladies respiratoires et autres ont curieusement baissé depuis mars 2020 : et pour cause, puisque toute personne décédée « avec » le coronavirus est classée dans les décédés « du » coronavirus. L’écrasante majorité des personnes prétendument décédées de ce virus avaient par ailleurs d’autres maladies graves (voir les statistiques).
– Le taux de mortalité en France n’a pas augmenté d’une manière si explosive par rapport aux autres années, et il est même légèrement plus bas en mars 2020 qu’en mars 2018 !
– Des sommités, comme le Prix Nobel Luc Montagnier, affirment que le virus est de fabrication humaine et que toute recherche visant à le démontrer est étouffée par « les autorités internationales ».
– Les articles ou vidéos explorant des pistes alternatives au sujet du coronavirus, sur des plateformes comme YouTube ou Facebook, sont censurés au même titre que « l’incitation à la haine ».
– Des économistes avaient prévus une crise économique pour mars 2020.
– Etc., etc.

On pourrait aussi mentionner tout ce qui suit cette prétendue crise sanitaire : rachat par des grandes firmes d’une quantité énorme d’entreprises en faillite à cause du confinement, connexion entre le grand ponte de la vaccination mondiale et de l’identité numérique (Bill Gates) avec le patron de l’OMS, etc.

Lire la suite

Entretien avec Les Brigandes, sur Lengadoc-Info

Entretien avec Les Brigandes, sur Lengadoc-Info


Pandémie. Les Brigandes : « les groupes s’étant déjà organisés auront une avance sur les autres »

04/04/2020 – 12h45 La-Salvetat-sur-Agout (Lengadoc Info) – Le groupe Les Brigandes a récemment sorti un nouveau clip. L’occasion pour Lengadoc Info de revenir sur l’actualité du groupe à l’heure du confinement.

Lire la suite de l’article ici : https://www.lengadoc-info.com/9334/art-de-vivre/pandemie-les-brigandes-les-groupes-setant-deja-organises-auront-une-avance-sur-les-autres/

CORONAVIRUS : Quelques mots du Clan des Brigandes

CORONAVIRUS : Quelques mots du Clan des Brigandes

La psychose règne et on se prépare à la pire des crises !
Alors, voici quelques lignes du Clan des Brigandes sur le coronavirus :
Premièrement : nous ne savons rien sur l’origine réelle de ce virus, ni sur les potentielles contaminations à venir. Nous n’avons que la propagande comme source d’information.
Deuxièmement : une chose est certaine, c’est un excellent test de contrôle de masse au niveau planétaire, comme cela n’avait encore jamais été réalisé en temps de paix.
Troisièmement : bien que ne sachant pas grand-chose, nous savons de toute manière vers quoi l’élite mondiale veut aller : un ordre international devant être consacré par une légitimité quasi de droit divin – ce qui lui manque encore.
Cependant, pour qu’un « sauveur » politique soit présenté aux masses comme président de l’empire mondial, il faut des catastrophes, il faut une psychose mondiale : il faut que tous les peuples prient à l’unisson pour leur sauvegarde !
C’est ce que nous expliquons à travers notre chanson D’ici 2025, et c’est pourquoi nous profitons de la situation actuelle pour rediffuser les commentaires de Joël Labruyère :

À cette vidéo, nous voudrions ajouter une information intéressante :
Le journaliste du Système, Alexandre Adler a publié en 2009 un livre intitulé Le nouveau rapport de la CIA – Comment sera le monde en 2025 ? afin de commenter un rapport public de la CIA. Or, dans ce livre, il est clairement fait mention que les services de renseignements américains ont « anticipé » une pandémie mondiale d’une maladie respiratoire virulente, « comme le coronavirus », dont l’origine serait « une zone à forte densité de population, comme il en existe en Chine ».
La meilleure ? C’est écrit noir sur blanc : « Si une telle maladie apparaît, d’ici à 2025 (…) »
Lire l’extrait complet, scanné du livre, ici :

Indépendamment des événements et de la tournure qu’ils peuvent prendre, il faut garder en mémoire ce vers quoi le Système veut avancer au plus haut niveau de décision politique.

PS : les lignes qui précèdent n’enlèvent rien au fait que, dans une telle situation, il faut filer doux et s’en tenir aux instructions des autorités…

Le mystère des agents jésuites : contre-enquête sur le cas Annick Lovinfosse

Communiqué du groupe des Brigandes, divisé en 3 parties :
1) Pourquoi des services jésuites veulent la destruction du Clan des Brigandes ?
2) Comment les jésuites fabriquent des agents inconsciemment manipulés
3) Un cas d’école de ces agents manipulés : Annick Lovinfosse, l’ennemie des Brigandes

Cette vidéo contient des révélations exclusives sur les autorités ecclésiastiques qui ont manipulées Annick Lovinfosse contre Joël Labruyère et le clan des Brigandes !

Pour voir notre vidéo complémentaire « Qui est Annick Lovinfosse, l’ennemie des Brigandes ? » : https://www.youtube.com/watch?v=HgD6ESO2pQA

Satanisme : que fait la police ? (1ère partie)

Émission Radio Brigandes VIII sur le thème : « Satanisme : que fait la police ? » (1ère partie)
Avec : Joël Labruyère, Antoine, Ruedi, Karine et Alexis.

Cette émission spéciale met en lumière les réseaux PEDO-SATANISTES au sein du pouvoir et de la justice, et fait le parallèle entre ces réseaux et la PROPAGANDE ANTISECTE de ce même pouvoir : si le Système colle une image criminelle et sataniste aux groupes catégorisés « sectaires », n’est-ce pas pour cacher le fait que ses propres élites sont elles-mêmes criminelles et satanistes ? Peut-on parler là d’inversion accusatoire ?
C’est ce que veut démontrer cette première partie de « Satanisme : que fait la police ? ».
A suivre…

Günther Schwab : extrait contre le monde moderne et le progrès technique

Günther Schwab : extrait contre le monde moderne et le progrès technique

Günther Schwab (1904 – 2006) était un écrivain autrichien, écologiste et plutôt réactionnaire. Ses quatre romans visionnaires et engagés, qui mettent en scène des conversations entre le Diable et ses ministres planifiant la destruction de l’humanité par la société technologique, forment son œuvre la plus connue. En voici un superbe extrait, dans lequel « le Diable » s’exprime :

 

« Vous avez pris connaissance de rapports concernant la destruction physique de l’homme. Mais, à quoi tendent tous ces efforts, si ce n’est, en dernier lieu, à détruire l’esprit ? Dès que le paysage, la nourriture ou l’ordre établi par les lois de la Vie sont détruits, dès que la Vie est empoisonnée et l’homme malade, l’esprit s’affaiblit. Ainsi que dans la nature, dans l’organisme tout dépend de tout. Dans un corps malade, il ne peut y avoir de pensée saine. Que l’on perturbe l’action du sang, d’une cellule, d’un organe, d’un nerf, et aussitôt l’ensemble des pensées et des émotions du sujet est modifié. Nous avons rendu l’humanité malade, du plus puissant jusqu’à l’homme de la rue. L’intelligence déjà malade continue, d’elle-même, l’œuvre de destruction que nous avons amorcée. La preuve qu’elle est folle, c’est qu’elle considère les symptômes de sa destruction comme des victoires grandioses. C’est sous le signe du progrès que, aveugle, possédée du démon, obéissante, elle se donnera elle-même le coup fatal, lorsque j’en donnerai le signal.
J’ai toléré le développement supérieur de l’intellect humain, et je l’ai fait progresser jusqu’au point où il est devenu capable de trouver les moyens de sa propre perte. Maintenant, il s’est coupé le chemin du retour vers la nature toute-puissante qui pouvait le soigner. Il a perdu ses instincts naturels. Il est seul. Il faudrait la puissance d’un esprit supérieur pour le sauver des forces de destruction qu’il a lui-même attirées sur lui. C’est pour cela que j’ai arrêté le développement de l’esprit de l’homme. Et, je ne me suis pas contenté de cela. Je l’ai attaqué, affaibli, embrouillé, égaré. D’autre part, j’ai encouragé le développement des puissances de la destruction : puissances de l’argent, de la technique et de l’économie. Elles sont devenues le Golem qui gouverne tout, qui piétine l’humanité. Le Golem est là, il vit, il n’obéit plus à l’homme, mais à ses propres lois, qui contrarient l’ordre éternel des lois de la Vie. Le Golem grandit, tandis que l’esprit de l’homme devient de plus en plus faible. J’ai désarmé l’homme.
(…)
L’évolution catastrophique que vous constatez aujourd’hui est ainsi l’aboutissement d’un long processus d’intellectualisation qui devait, certes, s’accomplir, mais qui, pour être positive, aurait dû s’accomplir sous le contrôle de l’esprit, dont la conscience morale est le mode d’expression. Tandis que, en rejetant arbitrairement ce contrôle de l’esprit, c’est-à-dire de la conscience, le développement unilatéral de l’intellect humain a engagé toute l’évolution de l’humanité dans une voie régressive, au terme de laquelle vous allez aboutir à l’apocalypse.
C’est ainsi que l’homme de la technique se bâtit son monde artificiel porteur de mort, monde fébrile, sans repos ni relaxation, monde sans centre de gravité spirituelle, monde qui se précipite tout droit vers l’abîme, poussé par le moteur de l’utilitarisme et fouetté par la cupidité.
C’est précisément chez les Occidentaux, les Européens comme les Américains, qui ont représenté pendant des siècles les forces créatrices les plus élevées de l’humanité, que l’imbécilité fait les plus gros progrès. La race blanche doit à l’excellence de son système nerveux résistant et souple sa prépondérance sur les autres peuples. Aujourd’hui, elle n’est plus représentée que par une masse désordonnée de neuropsychopathes, de retardés, de détraqués, gouvernée par une clique d’individus amoraux, aux fonctions cérébrales hypertrophiées, donc désaxées, une société qui succombe aux produits de sa propre création.
(…)
Il existe dans la nature un équilibre souverain. L’esprit humain crée l’ascension que détruit l’intellect humain lorsqu’il s’affranchit de la domination de l’esprit. La disparition des qualités de l’homme va entraîner sa fin. Dès que l’homme en n’écoutant plus que ses motivations intellectuelles s’est détourné des lois éternelles de la création, il est tombé plus bas que l’animal. Voilà où j’en suis arrivé. Il s’est creusé entre la science et la conscience un fossé infranchissable. L’homme apprend à lire et à écrire, c’est vrai, je l’admets, mais je l’empêche d’utiliser les connaissances intellectuelles acquises pour accéder à la conscience. Il lit et écrit des mots, mais il ne formule plus de pensées profondes. C’est aussi pour cela que les gigantesques créations spirituelles du passé lui sont devenues incompréhensibles et inassimilables.
En échange, je lui tends maintenant les succédanés. (…)
Pseudo-littérature, pseudo-art, pseudo-religion, simulacre de vie humaine. Mais la Vie n’admet pas de simulacres. Là où elle disparait, il ne reste que la mort. »

Günther Schwab – Les dernières cartes du Diable (1968)

Les Brigandes à propos des Gilets Jaunes

Les Brigandes à propos des Gilets Jaunes

Tout le monde en parle, on ne pouvait donc pas se taire. Alors, voilà en quelques lignes l’avis des Brigandes sur les « Gilets Jaunes » :

 

Quand le pouvoir canalise le mécontentement populaire

Quand un système est oppressif, comme l’est le système dans lequel nous vivons, une certaine colère populaire peut s’accumuler. Régulièrement, le pouvoir, sachant plus que quiconque à quel point il peut y avoir un mécontentement populaire qui s’accumule, doit donc « dégazer » celui-ci, faire descendre la pression. Il ne peut pas effacer le mécontentement, donc il va l’aiguiller dans des « voies de garage », il va le canaliser pour qu’il s’essouffle dans quelque chose qui ne soit pas trop subversif pour lui. Jusqu’à la prochaine fois.

Aujourd’hui, c’est les « Gilets Jaunes ». Le mouvement s’ancrait sur quelque chose de sensible et concret pour monsieur tout-le-monde : le portefeuille et la voiture. Et le pouvoir a dû y voir un moyen pour faire décompresser une colère qui doit de toute façon s’exprimer, mais dans une zone qui n’est pas trop dangereuse. D’où la médiatisation du mouvement et la présence de ses « porte-paroles » sur les plateaux avant même que les manifestations n’ait commencées, alors que tout cela aurait pu être beaucoup plus étouffé si le Système l’avait voulu. Le pouvoir n’était d’ailleurs pas gêné par les blocages des Gilets Jaunes : les victimes furent les Français eux-mêmes. On aurait préféré voir les bâtiments publics bloqués et des banques attaquées, plutôt que des citoyens obligés de passer une nuit entière sur la route. Et on aurait peut-être préféré voir un tel ras-le-bol se manifester pour des choses bien plus graves et moins liées à des intérêts individualistes : la crise migratoire et le Grand Remplacement, les débuts de la légalisation de la pédophilie par Schiappa il y a quelques mois, l’obligation sur-vaccinatoire criminelle, etc.

 
Lire la suite

Réponse des Brigandes à un musulman : sommes-nous « islamophobes » ?

Un musulman français qui se dit patriote et s’intéresse à des auteurs comme Alain Soral, Pierre Hillard ou Youssef Hindi nous a écrit récemment pour nous demander notre vision de l’Islam : « êtes-vous vraiment « islamophobes » ? »
Il s’interrogeait aussi sur la politique des lobbies oligarchiques, qui taxent d’islamophobie des groupes dissidents comme le nôtre, mais combattent pourtant des musulmans notamment pour les intérêts d’Israël.
Afin de clarifier notre position sur l’Islam et l’islamophobie, il nous a paru opportun de publier notre réponse, qui n’est cependant pas exhaustive :

 

Cher ami,

Tout d’abord, merci pour votre mail et l’intérêt dont il témoigne.
De celui-ci, si je comprends bien, ressort deux interrogations majeures :
– Qui sommes-nous ? Sommes-nous vraiment « islamophobes » et « racistes » ?
– Quelle est la politique des lobbies oligarchiques envers l’Islam ? Ils attaquent les musulmans ennemis d’Israël d’un côté, et ils dénoncent en Europe les groupes prétendument « islamophobes » : « c’est à n’y rien comprendre ! » dites-vous.

 
Lire la suite