Quel avenir pour le monde ?


Voici notre contribution à une enquête sur « le mondialisme après la crise » menée par Synthèse Nationale. C’est l’occasion pour nous de donner un avis synthétique sur les événements en cours et à venir.
Nous encourageons ceux qui adhèrent à ces vues et qui voudraient se manifester à nous ou communiquer sur ce sujet, de délaisser la voie numérique et de s’habituer à passer par la voie postale. Notre adresse :
BARKA PRODUCTION
LE GAZEL
34330 LA SALVETAT SUR AGOUT

Nous traversons une situation historique, un changement d’époque. La « crise coronavirus » qu’on nous impose en est le signe.

Tout d’abord, voici quelques éléments pour ceux qui seraient sceptiques quant à ce que nous allons exposer :

Nous connaissons la plus grande restriction des libertés fondamentales qu’il y ait jamais eu dans notre histoire connue, en temps de paix et à l’échelle mondiale. Cette restriction repose sur une prétendue pandémie, qui est pour le moment bien moins meurtrière que certaines grippes (celles de 1969, 1957,…) n’ayant jamais justifié de telles mesures. On remarque que :
– Certains hôpitaux sont quasiment vides (reportage-vidéo allemand à l’appui).
– Les chiffres des décès du cancer, de maladies respiratoires et autres ont curieusement baissé depuis mars 2020 : et pour cause, puisque toute personne décédée « avec » le coronavirus est classée dans les décédés « du » coronavirus. L’écrasante majorité des personnes prétendument décédées de ce virus avaient par ailleurs d’autres maladies graves (voir les statistiques).
– Le taux de mortalité en France n’a pas augmenté d’une manière si explosive par rapport aux autres années, et il est même légèrement plus bas en mars 2020 qu’en mars 2018 !
– Des sommités, comme le Prix Nobel Luc Montagnier, affirment que le virus est de fabrication humaine et que toute recherche visant à le démontrer est étouffée par « les autorités internationales ».
– Les articles ou vidéos explorant des pistes alternatives au sujet du coronavirus, sur des plateformes comme YouTube ou Facebook, sont censurés au même titre que « l’incitation à la haine ».
– Des économistes avaient prévus une crise économique pour mars 2020.
– Etc., etc.

On pourrait aussi mentionner tout ce qui suit cette prétendue crise sanitaire : rachat par des grandes firmes d’une quantité énorme d’entreprises en faillite à cause du confinement, connexion entre le grand ponte de la vaccination mondiale et de l’identité numérique (Bill Gates) avec le patron de l’OMS, etc.

Lire la suite

CORONAVIRUS : Quelques mots du Clan des Brigandes

La psychose règne et on se prépare à la pire des crises !
Alors, voici quelques lignes du Clan des Brigandes sur le coronavirus :
Premièrement : nous ne savons rien sur l’origine réelle de ce virus, ni sur les potentielles contaminations à venir. Nous n’avons que la propagande comme source d’information.
Deuxièmement : une chose est certaine, c’est un excellent test de contrôle de masse au niveau planétaire, comme cela n’avait encore jamais été réalisé en temps de paix.
Troisièmement : bien que ne sachant pas grand-chose, nous savons de toute manière vers quoi l’élite mondiale veut aller : un ordre international devant être consacré par une légitimité quasi de droit divin – ce qui lui manque encore.
Cependant, pour qu’un « sauveur » politique soit présenté aux masses comme président de l’empire mondial, il faut des catastrophes, il faut une psychose mondiale : il faut que tous les peuples prient à l’unisson pour leur sauvegarde !
C’est ce que nous expliquons à travers notre chanson D’ici 2025, et c’est pourquoi nous profitons de la situation actuelle pour rediffuser les commentaires de Joël Labruyère :

À cette vidéo, nous voudrions ajouter une information intéressante :
Le journaliste du Système, Alexandre Adler a publié en 2009 un livre intitulé Le nouveau rapport de la CIA – Comment sera le monde en 2025 ? afin de commenter un rapport public de la CIA. Or, dans ce livre, il est clairement fait mention que les services de renseignements américains ont « anticipé » une pandémie mondiale d’une maladie respiratoire virulente, « comme le coronavirus », dont l’origine serait « une zone à forte densité de population, comme il en existe en Chine ».
La meilleure ? C’est écrit noir sur blanc : « Si une telle maladie apparaît, d’ici à 2025 (…) »
Lire l’extrait complet, scanné du livre, ici :

Indépendamment des événements et de la tournure qu’ils peuvent prendre, il faut garder en mémoire ce vers quoi le Système veut avancer au plus haut niveau de décision politique.

PS : les lignes qui précèdent n’enlèvent rien au fait que, dans une telle situation, il faut filer doux et s’en tenir aux instructions des autorités…

Satanisme : que fait la police ? (1ère partie)

Émission Radio Brigandes VIII sur le thème : « Satanisme : que fait la police ? » (1ère partie)
Avec : Joël Labruyère, Antoine, Ruedi, Karine et Alexis.

Cette émission spéciale met en lumière les réseaux PEDO-SATANISTES au sein du pouvoir et de la justice, et fait le parallèle entre ces réseaux et la PROPAGANDE ANTISECTE de ce même pouvoir : si le Système colle une image criminelle et sataniste aux groupes catégorisés « sectaires », n’est-ce pas pour cacher le fait que ses propres élites sont elles-mêmes criminelles et satanistes ? Peut-on parler là d’inversion accusatoire ?
C’est ce que veut démontrer cette première partie de « Satanisme : que fait la police ? ».
A suivre…

Günther Schwab : extrait contre le monde moderne et le progrès technique

Günther Schwab (1904 – 2006) était un écrivain autrichien, écologiste et plutôt réactionnaire. Ses quatre romans visionnaires et engagés, qui mettent en scène des conversations entre le Diable et ses ministres planifiant la destruction de l’humanité par la société technologique, forment son œuvre la plus connue. En voici un superbe extrait, dans lequel « le Diable » s’exprime :

 

« Vous avez pris connaissance de rapports concernant la destruction physique de l’homme. Mais, à quoi tendent tous ces efforts, si ce n’est, en dernier lieu, à détruire l’esprit ? Dès que le paysage, la nourriture ou l’ordre établi par les lois de la Vie sont détruits, dès que la Vie est empoisonnée et l’homme malade, l’esprit s’affaiblit. Ainsi que dans la nature, dans l’organisme tout dépend de tout. Dans un corps malade, il ne peut y avoir de pensée saine. Que l’on perturbe l’action du sang, d’une cellule, d’un organe, d’un nerf, et aussitôt l’ensemble des pensées et des émotions du sujet est modifié. Nous avons rendu l’humanité malade, du plus puissant jusqu’à l’homme de la rue. L’intelligence déjà malade continue, d’elle-même, l’œuvre de destruction que nous avons amorcée. La preuve qu’elle est folle, c’est qu’elle considère les symptômes de sa destruction comme des victoires grandioses. C’est sous le signe du progrès que, aveugle, possédée du démon, obéissante, elle se donnera elle-même le coup fatal, lorsque j’en donnerai le signal.
J’ai toléré le développement supérieur de l’intellect humain, et je l’ai fait progresser jusqu’au point où il est devenu capable de trouver les moyens de sa propre perte. Maintenant, il s’est coupé le chemin du retour vers la nature toute-puissante qui pouvait le soigner. Il a perdu ses instincts naturels. Il est seul. Il faudrait la puissance d’un esprit supérieur pour le sauver des forces de destruction qu’il a lui-même attirées sur lui. C’est pour cela que j’ai arrêté le développement de l’esprit de l’homme. Et, je ne me suis pas contenté de cela. Je l’ai attaqué, affaibli, embrouillé, égaré. D’autre part, j’ai encouragé le développement des puissances de la destruction : puissances de l’argent, de la technique et de l’économie. Elles sont devenues le Golem qui gouverne tout, qui piétine l’humanité. Le Golem est là, il vit, il n’obéit plus à l’homme, mais à ses propres lois, qui contrarient l’ordre éternel des lois de la Vie. Le Golem grandit, tandis que l’esprit de l’homme devient de plus en plus faible. J’ai désarmé l’homme.
(…)
L’évolution catastrophique que vous constatez aujourd’hui est ainsi l’aboutissement d’un long processus d’intellectualisation qui devait, certes, s’accomplir, mais qui, pour être positive, aurait dû s’accomplir sous le contrôle de l’esprit, dont la conscience morale est le mode d’expression. Tandis que, en rejetant arbitrairement ce contrôle de l’esprit, c’est-à-dire de la conscience, le développement unilatéral de l’intellect humain a engagé toute l’évolution de l’humanité dans une voie régressive, au terme de laquelle vous allez aboutir à l’apocalypse.
C’est ainsi que l’homme de la technique se bâtit son monde artificiel porteur de mort, monde fébrile, sans repos ni relaxation, monde sans centre de gravité spirituelle, monde qui se précipite tout droit vers l’abîme, poussé par le moteur de l’utilitarisme et fouetté par la cupidité.
C’est précisément chez les Occidentaux, les Européens comme les Américains, qui ont représenté pendant des siècles les forces créatrices les plus élevées de l’humanité, que l’imbécilité fait les plus gros progrès. La race blanche doit à l’excellence de son système nerveux résistant et souple sa prépondérance sur les autres peuples. Aujourd’hui, elle n’est plus représentée que par une masse désordonnée de neuropsychopathes, de retardés, de détraqués, gouvernée par une clique d’individus amoraux, aux fonctions cérébrales hypertrophiées, donc désaxées, une société qui succombe aux produits de sa propre création.
(…)
Il existe dans la nature un équilibre souverain. L’esprit humain crée l’ascension que détruit l’intellect humain lorsqu’il s’affranchit de la domination de l’esprit. La disparition des qualités de l’homme va entraîner sa fin. Dès que l’homme en n’écoutant plus que ses motivations intellectuelles s’est détourné des lois éternelles de la création, il est tombé plus bas que l’animal. Voilà où j’en suis arrivé. Il s’est creusé entre la science et la conscience un fossé infranchissable. L’homme apprend à lire et à écrire, c’est vrai, je l’admets, mais je l’empêche d’utiliser les connaissances intellectuelles acquises pour accéder à la conscience. Il lit et écrit des mots, mais il ne formule plus de pensées profondes. C’est aussi pour cela que les gigantesques créations spirituelles du passé lui sont devenues incompréhensibles et inassimilables.
En échange, je lui tends maintenant les succédanés. (…)
Pseudo-littérature, pseudo-art, pseudo-religion, simulacre de vie humaine. Mais la Vie n’admet pas de simulacres. Là où elle disparait, il ne reste que la mort. »

Günther Schwab – Les dernières cartes du Diable (1968)

Hommage à Tepa

Patrick D’Hondt, alias Tepa, est décédé le jeudi 14 novembre 2019 des suites de son cancer. Il n’avait que 48 ans.

Nous lui rendons hommage, car il était l’un des (très) rares esprits vraiment libres de la dissidence. Cet homme inclassable, d’origine gabonaise, a commencé sa carrière publique dans le rap français, dans les années 90. Il est ensuite passé au militantisme politique aux côtés de l’UPR de François Asselineau. Il fondera finalement une web-tv (Meta TV), sur laquelle il interviewe une diversité incroyable de personnes qui ont pour seul point commun d’être opposées au Système dominant. Véritable ami de la liberté d’expression, il donne la parole sans aucun préjugé : on retrouve ainsi dans ses émissions aussi bien des militants politiques classés « à la droite de l’extrême-droite » que des Noirs panafricains, des scientifiques dissidents que des spiritualistes new-age de toutes tendances, des opposants farouches à l’Islam que des musulmans pratiquants, des conspirationnistes adeptes de n’importe quelle théorie que des inconnus désireux de se faire connaître. Bref, à notre connaissance, Tepa était le seul capable de donner la parole à des personnes aussi différentes sans à priori.

Le lot des personnes intelligentes et sensibles comme lui est généralement d’être incomprises et attaquées par la majorité des cons. Tepa, outre les efforts constants qu’il devait faire pour tenir sa web-tv dont il était le seul animateur, a donc essuyé oppositions et trahisons. Après une trahison, il a été contraint d’abandonner Meta TV pour reformer un autre média en ligne, « Tepatriote » (www.patriote.info). Il a probablement vécu très vite, et il est parti en avance…

Paix à son âme.

Les Brigandes à propos des Gilets Jaunes

Tout le monde en parle, on ne pouvait donc pas se taire. Alors, voilà en quelques lignes l’avis des Brigandes sur les « Gilets Jaunes » :

 

Quand le pouvoir canalise le mécontentement populaire

Quand un système est oppressif, comme l’est le système dans lequel nous vivons, une certaine colère populaire peut s’accumuler. Régulièrement, le pouvoir, sachant plus que quiconque à quel point il peut y avoir un mécontentement populaire qui s’accumule, doit donc « dégazer » celui-ci, faire descendre la pression. Il ne peut pas effacer le mécontentement, donc il va l’aiguiller dans des « voies de garage », il va le canaliser pour qu’il s’essouffle dans quelque chose qui ne soit pas trop subversif pour lui. Jusqu’à la prochaine fois.

Aujourd’hui, c’est les « Gilets Jaunes ». Le mouvement s’ancrait sur quelque chose de sensible et concret pour monsieur tout-le-monde : le portefeuille et la voiture. Et le pouvoir a dû y voir un moyen pour faire décompresser une colère qui doit de toute façon s’exprimer, mais dans une zone qui n’est pas trop dangereuse. D’où la médiatisation du mouvement et la présence de ses « porte-paroles » sur les plateaux avant même que les manifestations n’ait commencées, alors que tout cela aurait pu être beaucoup plus étouffé si le Système l’avait voulu. Le pouvoir n’était d’ailleurs pas gêné par les blocages des Gilets Jaunes : les victimes furent les Français eux-mêmes. On aurait préféré voir les bâtiments publics bloqués et des banques attaquées, plutôt que des citoyens obligés de passer une nuit entière sur la route. Et on aurait peut-être préféré voir un tel ras-le-bol se manifester pour des choses bien plus graves et moins liées à des intérêts individualistes : la crise migratoire et le Grand Remplacement, les débuts de la légalisation de la pédophilie par Schiappa il y a quelques mois, l’obligation sur-vaccinatoire criminelle, etc.

 
Lire la suite

Réponse des Brigandes à un musulman : sommes-nous « islamophobes » ?

Un musulman français qui se dit patriote et s’intéresse à des auteurs comme Alain Soral, Pierre Hillard ou Youssef Hindi nous a écrit récemment pour nous demander notre vision de l’Islam : « êtes-vous vraiment « islamophobes » ? »
Il s’interrogeait aussi sur la politique des lobbies oligarchiques, qui taxent d’islamophobie des groupes dissidents comme le nôtre, mais combattent pourtant des musulmans notamment pour les intérêts d’Israël.
Afin de clarifier notre position sur l’Islam et l’islamophobie, il nous a paru opportun de publier notre réponse, qui n’est cependant pas exhaustive :

 

Cher ami,

Tout d’abord, merci pour votre mail et l’intérêt dont il témoigne.
De celui-ci, si je comprends bien, ressort deux interrogations majeures :
– Qui sommes-nous ? Sommes-nous vraiment « islamophobes » et « racistes » ?
– Quelle est la politique des lobbies oligarchiques envers l’Islam ? Ils attaquent les musulmans ennemis d’Israël d’un côté, et ils dénoncent en Europe les groupes prétendument « islamophobes » : « c’est à n’y rien comprendre ! » dites-vous.

 
Lire la suite

Les Brigandes attaquées pour la chanson Promenade des Anglais : retard pour la sortie du nouvel album !

Récemment, nous avons produit une vidéo contre la programmation du concert de Médine au Bataclan :

 

Dans cette vidéo, nous voyons s’exprimer Patrick Jardin, père de Nathalie Jardin, tuée lors de l’attentat du Bataclan. Mais les personnes comme Patrick Jardin, qui se réveillent et partent en croisade contre la politique d’immigration incontrôlée, sont rares. La plupart des parents de victimes d’attentats s’écrasent, se mettent des œillères, se réfugient dans un faux « amour » aveugle qui devrait tout résoudre à coup de bougies et de slogans comme « Vous n’aurez pas notre haine ! ».

C’est le cas des parents de la petite fille dénommée Léana, tuée à deux ans, lors de l’attentat du 14 juillet 2016, à Nice.

Nous avions pris l’exemple de Léana pour notre chanson Promenade des Anglais. Cette chanson est une indignation face à la publicité faite lors de l’Eurovision pour la chanson Mercy, déplorant la naissance d’un migrant sur un bateau, alors que des enfants tués lors d’attentats islamistes n’ont jamais eu droit à un tel hommage culturel. Le refrain de la chanson Promenade des Anglais était donc « Léana, pour toi pas de chanson à l’Eurovision ». On y ajoutait plus loin : « On fait pleurer les cœurs, sur le sort de nos envahisseurs. » Bref, tout était dit, le but était de mettre en relief l’inversion du bon sens que nous vivons quotidiennement dans la France d’aujourd’hui.

La chanson a d’abord été censurée par YouTube pendant toute la durée de l’Eurovision, avant d’être miraculeusement ré-autorisée à la fin du concours au mois de mai. Hasard ?

 
Lire la suite

Promenade des Anglais

Pour rappel :
La version non-censurée de notre clip « Promenade des Anglais », interdite par YouTube pendant un mois, et autorisée de nouveau après la fin de l’Eurovision. Pour la raison d’État ?

Ce titre (dans sa version non-censurée) figurera sur le prochain album des Brigandes, « Aidez la France », qui sortira vers la fin septembre 2018 !


Appuyez sur la touche «echap» (esc) pour quitter le mode «plein écran»


L’Eurovision consacre une chanson à un migrant né sur un bateau, mais personne n’a consacré de chanson aux enfants comme Léana (deux ans), morts écrasés lors de l’attentat du 14 juillet 2016. Les Brigandes s’en sont donc occupées.
Nos albums sont disponibles sur notre boutique en ligne : www.lesbrigandes.com/boutique/

France 3 sur la manifestation antifa de La Salvetat : le comble du mensonge

(Tout est faux, tout est inversé)

Lors de son JT 19/20 du samedi 4 aout 2018, France 3 Languedoc-Roussillon a consacré un reportage à la pitoyable manifestation antifasciste menée contre les Brigandes à La-Salvetat-sur-Agout.

Étant donné les mensonges éhontés diffusés par la chaîne de télévision, nous n’avons pas pu nous empêcher d’opposer la version de France 3 à la réalité :

 
Lire la suite

Un cas d’école de la stupidité antifa : l’attaque contre les Brigandes du 4 août à La Salvetat

Ce samedi 4 août 2018 à La Salvetat sur Agoût, une trentaine d’antifas et autres gauchistes en manque d’identité se sont rassemblés pour protester contre Les Brigandes, qui devraient disparaître ou être envoyées au goulag.

Ces bêtes de foire tentèrent de nous provoquer alors que nous étions devant notre local au cœur du village, et qu’une vingtaine de gendarmes en ordre surveillaient la scène à quelques mètres de là. Comme d’habitude, nous avons observé une attitude pacifique sans tomber dans le piège, laissant les gauchos faire leur numéro sur la voie publique avant de retourner à la finalisation de notre 7ème album prévu pour la mi-septembre. (Rappelons que, contrairement à ce qu’affirment les antifas, aucun gaucho n’a jamais subi de violences physiques de notre part.)

 
Lire la suite